Bienvenue sur le site de la Brava Massalia!





dessin dédiés aux disparus

Bruno Dettoma nous à quitté !

Nous avons le regret de vous annoncer le décès d'un membre fondateur de la Brava. Bruno Dettoma nous a quitté. Amoureux de l'OM et des bonnes ambiances il était aussi un ami sur qui l'ont pouvait s'appuyer. Il a été le premier à immortaliser le groupe par ses photos et il a créé le premier site du groupe. Il nous a aussi permis de nous faire connaitre au delà des frontières françaises et Européennes en nous présentant à nos amis de L'Indepediente qui nous ont accueillis a bras et à cœurs ouverts. Il laisse derrière lui une famille à qui nous présentons nos plus sincères condoléances. Nous nous joignons à votre douleur. Merci à toi, repose en paix.
La Brava!

A la mémoire de Christine Vallette

la fin de l'année à vu partir une des figures du supportérisme Français. Christine Vallette nous a quitté. La Brava présente son soutien et ses condoléances à sa famille et ses proches ainsi qu'au Commando. Elle aura marqué nos tribunes et était une des dernières dépositrice d'une génération qui tend à disparaître du stade aujourd'hui. Respect à toi, Repose en paix!

le commando organise un hommage pour elle lors de la réception de Guingamp dimanche avec la mise en place d'un "mémorial" en son honneur dès 10h du matin aux pieds des marches côté Jean-Bouin. Nous invitons tous ceux souhaitant participer qu'il soit membre ultra ou amoureux de l'OM, à y déposer un petit quelque chose (fleurs, bougie, écharpe, maillots, TShirt...).
Ensuite c'est dans le stade que le plus bel hommage lui sera rendu avec des "animations" en son honneur
Nous appelons donc tous nos membres à se rendre tôt au stade afin d'y mettre une ambiance digne de l'amour qu'elle portait à l'OM et ses Ultras....
La Brava.

Juste un petit message à faire passer...

Message el loco no se va, les autres cassez vous. En Argentine


Pourquoi?
Pour ça! Rappelez vous,

-------------
Tout ça pour un drapeau??? Hier soir, on a touché le fond. Alors que l'OM avait assuré que le club de Fenerbahce était prévenu et qu'aucun supporter turc n'aurait accès a une autre tribune que la tribune qui leur était allouée. Alors qu'un dispositif policier exceptionnel était déployé. Alors que la France se dit pays des droits de l'homme. Alors que le peuple Grec est le peuple fondateur de notre belle cité. Malgré toutes ces raisons, d'innombrables supporters turcs étaient présent en tribune Jean Bouin(supposée leur être interdite selon cet article). Ces mêmes supporters turcs ont pris comme une provocation la présence d'un drapeau Grec dans notre carré (Drapeau présent dans notre tribune depuis le début du groupe). Ils se sont mis a tout cassé et à bombarder le virage de sièges. Au lieu de faire leur boulot et d'intervenir à l'encontre des turcs, la sécurité de l'OM a préféré nous accuser d'avoir (je cite le responsable de la sécurité) "déclencher un incident diplomatique". La bonne blague. Non content de nous enlever le drapeau grec, ils nous ont forcé à enlevé l'ensemble de nos bâches et ont forcé certains d'entre nous a quitter le stade. Pendant ce temps des supporters arborant les couleurs de fenerbahce se baladaient librement dans le virage. Nous tenons à affirmer certaines choses :
- Nous avons toujours suivi les directives que le club nous a donné et nous avons toujours su maintenir le dialogue. Nous ne comprenons pas le double discours qui nous est tenu ces dernières années et plus particulièrement au cours de cette saison.
- Ce drapeau n'était aucunement destiné à provoquer les turcs. Il est présent dans notre groupe depuis le début. Notre attachement à nos racines grecques ont toujours été clairement affiché. L'OM avait tout loisir de nous en informer avant le match. Ce que la sécurité à d'ailleurs fait à propos d'un drapeau Arménien, nous précisant au passage que "le drapeau grec était toléré". La Grèce est pour nous synonyme de la fondation et des racines de notre cité. Elle symbolise, à nos yeux, l'arrivée de la civilisation et de ce qui fondera plus tard la France. Son drapeau symbolise une part de notre identité et n'est quelque soit le contexte aucunement une provocation ou une insulte à l'égard de qui que ce soit.
- Nous pensons que l'OM et les pouvoirs publics ont trouvé le bouc émissaire idéal pour ne pas assumer leurs manquements pendant que les supporters turcs trouvaient l'excuse idéale.pour se défouler. Supporters turcs qui ont d'ailleurs pas eu besoin de drapeau pour s'en prendre aux gens présents en Jean bouin, tribune traditionnellement familiale. L'OM et les pouvoirs publics argumenteront surement en disant que le mal était déjà fait. Pour un club qui avait tout prévu et des autorités prêtes à accueillir l'Euro 2016, c'est vraiment pas de bol. Un groupe rassemblant quelques centaines d'adhérents/sympathisants en tout et pour tout serait, selon leurs dires, responsable d'un "incident diplomatique" et des divers incidents ayant émaillés la rencontre.
- Nous voulons ajouter que ce n'est pas la première fois que notre liberté d'expression est bafouée. Nous avions déjà du retirer ce simple message "moins de répression". Le message n'est évidemment pas passé.
- Pour rappel, l'origine du conflit turquie - Grèce remonte à l'époque ou la Grèce a obtenu son indépendance vis à vis de l'empire ottoman il y à bientôt deux siècles. Et puisqu'on nous subissons les conséquences d'une prise de position en voici une très claire : Nous nous montrons solidaires de tous les peuples désireux de jouir de leur indépendance et du droit à l'autodétermination. ET NOUS NOUS RÉJOUISSONS DE POUVOIR BIENTÔT FÊTER LES DEUX SIÈCLES D’INDÉPENDANCE DE LA GRÈCE!!!!
- Nous parlions plus haut du drapeau arménien que l'OM nous a interdit de brandir (drapeau que nous brandissons régulièrement tout comme celui de l'Italie, de l'Espagne, de l'Argentine, et de bien d'autres pays au fur et à mesure de nos rencontres et de nos affinités). Le refus de nous laisser agiter ce drapeau est bien sur en lien avec la négation du génocide arménien par l'état turc. Nous tenons à rappeler que ce génocide est reconnu par de nombreux pays dont le parlement européen ET LA FRANCE.
- Hier soir nous avons subi le racisme et l’OM s’en est fait complice. Hier soir l’OM nous a montrer que la violence pouvait faire passer les idées les plus nauséabondes. Et que cela n’empêche pas la sécurité de l’OM de se gargariser en prétendant avoir pris les bonnes décisions.
- Enfin, malgré ces prises de positions et malgré les agissements des supporters de fenerbahce. Nous n’éprouvons aucune haine à l'égard du peuple turc. Nous n'oublions pas que Phocée se situe dans l'actuelle Turquie. Nous éprouvons colère et dégout à l'égard de ceux qui prennent un drapeau comme prétexte pour excuser leurs agissements. Nous éprouvons la même colère et le même dégout à l'encontre de ceux qui se font complices de ces agissements, qui se retournent contre leurs propres supporters. Des supporters agissant de façon légitime et respectueuse. Et bien sûr contre ceux qui font payer le poids de leurs erreurs à ces mêmes supporters.
ET NOUS DEVRIONS DIRE MERCI??????

JAMAIS!!!!

-------------
Nous avons reçu nombre de soutiens à l'époque (que nous remercions tous encore aujourd'hui.). Mais nous n'avions pas l'arsenal de mensonges et de manipulation dont disposent les chargés de com' et le directoire du club.
Lisez donc...
-------------
Message Brava toujours là. A Lens



Toujours là,
Depuis que Les responsables de la sécurité de L’Olympique de Marseille nous a fait comprendre que nous n’étions plus les bienvenus, nous nous sommes fait discrets. Comme annoncé précédemment, nous nous sommes dispersés et ne posons plus nos bâches (à notre plus grand regret). Cependant, lors du match amical contre Lens, un petit groupe de nos membres s’est réuni et à sorti ce simple message : « Brava, toujours là ». Ils pensaient ne pas passer la fouille mais heureusement, en arrivant avec quelques minutes de retards, les stadiers présents à la fouille étaient Lensois. Non soumis aux ordres injustes des responsables de L’Olympique de Marseille, ils ont laissé passer la banderole. Une fois dans le stade, ce petit groupe à défendu nos couleurs comme à son habitude. Dès leur arrivée nos membres et la banderole ont été pris en photo (au cas où finalement, même dans un match amical à 1000km, les responsables de la sécurité ne voudraient pas nous péter les couilles encore une fois). Visiblement le jeu n’en valait pas chandelle. La banderole est restée, portée à bout de bras tout le long du match. Pourtant il y quelques mois, ils nous forçaient à retirer drapeaux grecs et arméniens (suivi de tout le bâchage) pour calmer les supporters de Fenerbahce qu’ils n’avaient pas été capable de gérer malgré leurs belles paroles et leur campagne de com’. Quelques jours après face aux réactions indignées de bien des Marseillais, ils relançaient leur machine de communication, expliquant que tout ça n’était qu’un grand malentendu. Le haut responsable de la sécurité a même pris contact. Histoire de serrer quelques mains, de faire des sourires hypocrites, de tenter de nous apaiser, mais surtout de suivre les bons conseils des chargés de communication. Car, de fait leur outil de com est bien plus développer que le nôtre. Sauf que, à chaque match notre bâche dérangeait un peu plus, aucun match ne se passait sans que les stadiers reçoivent l’ordre de nous faire décaler la bâche, ou de la faire baisser jusqu’à ce qu’elle disparaisse. Nombre de provocations ayant pour but de nous faire serrer pour de bon. De nous faire déraper dans l’espoir de nous balancer l’appareil judiciaire dans la gueule. Et de pouvoir dire « regarder comme ils sont méchants » (com’ oblige !). Et, malgré notre départ et le retrait des bâches, ils ont continué leur bassesse afin de s’assurer que nous ne soyons plus là lors de la saison à venir… RATE !!! Outre de rappeler notre situation, ce petit texte a pour but de souligner quelques points qui nous ferons éternellement vomir : Nous sommes dans une ère de communication maîtrisée par des spécialistes au service du pognon et des intérêts politiques. Une campagne électorale ne se gagne pas avec des idées mais avec de la com’. Il en va malheureusement de même dans le football. Parler franchement et avec le cœur n’est plus porteur. Les mensonges et les effets de styles médiatiques s’avèrent bien plus productifs. Le stade n’est plus un lieu de liberté et de rencontre. C’est un lieu qui tend à s’aseptiser et à perdre de sa ferveur. Ferme là et consomme, tel est leur mot d’ordre. Notre club qui fait notre fierté et déchaîne nos passions est dirigé par des gens qui ne savent rien de notre ville, de son histoire et de ses valeurs. Pire le service d’ordre (supposé nous soutenir et nous défendre) est géré par des marseillais qui ne prie plus la Bonne Mère mais seulement les dieux du pognon, du pouvoir et de l’image.
Nous ne ferons pas un énième laïus sur la politique sécuritaire et illégale de la LFP et des pouvoirs publics (avec le soutien actif de la plupart des dirigeants de clubs). Ce texte est enfin un nouvel appel aux Marseillais qui le liront :
Aimez notre ville ! Quelle que soit la manière. Supporter là, elle est belle et ancienne. Construites sur des valeurs de mixité, de solidarité et de liberté. Nous habitons la dernière ville à s’être soumise au royaume de France. Nous possédons un patrimoine humain, culturel et historique unique en France. Avec ou sans nous, portez nos couleurs levez haut la bannière Bleu et Blanche et souvenez-vous d’une ancienne devise de notre ville : Sub Cujus Imperio Suma Liberta (Sous quelque empire que ce soit, liberté entière). La BRAVA sera toujours derrière ceux qui portent ces couleurs et défendent l’identité de notre villes ainsi que ses valeurs. Avec ou sans argent, avec ou sans pouvoir, avec ou sans la com’, nous sommes un peuple unique et fier. Et la BRAVA ne cessera jamais de le dire et de le transmettre en son sein.

BRAVA TOUJOURS LA !

armoire avec sub cujus imperio suma liberta en guise de devise